Le même et l’autre

L’Athénée va vous être rendu, tel qu’en lui-même : verrez-vous la différence ?

Et verrez-vous la différence entre Philippe Caubère demain et Philippe Caubère hier et avant-hier ? Même texte, même acteur, même théâtre, et pourtant…

Comme les visages, les lieux et les textes se transforment par d’imperceptibles changements, de lentes avancées et de minuscules jouvences. Donnez-lui trente ans pour faire son chemin, et Elvire Jouvet 40 vous reviendra – en italien et porté par Toni Servillo qui n’a oublié les leçons ni de Jouvet ni de Molière. Donnez-lui un siècle et le Pierrot viennois de Schoenberg trouvera sa place naturelle sous une lune japonaise. Prenez une fantastique symphonie de 1830, canonisez-la, et attendez 2016 pour qu’une bande de musiciens lui rende intacte sa folle jeunesse. Laissez tomber en désuétude Reynaldo Hahn, Hervé, Maurice Yvain pour qu’ils puissent mieux surprendre quand ils reviennent. Confiez à Yannis Ritsos la mythologie grecque, à Peter Maxwell Davies les faits divers écossais et à Pierre Henry Wagner : soyez tranquilles, ils sauront quoi en faire. Dostoïevski deviendra un opéra, La Petite Renarde rusée un film tourné en direct et les haines conjugales de Strindberg seront jouées par de vrais amoureux dans une tempête de machinerie.

Rien ne change, tout se transforme : c’est ce qu’on appelle l’évolution.

L’Athénée évolue, il reste semblable à lui-même.

Patrice Martinet, directeur de l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet


Voir la vidéo de présentation de saison

Partagez nous sur
  • facebook
  • twitter
  •  
  • youtube