13 > 30 mars 2019 réserver
salle Christian-Bérard • 1h30
écrit et mis en scène par Wendy Beckett

assistée de Diana Iliescu Vibert
traduction Park Krausen & Christof Veillon
avec Célia Catalifo, Laurent d'Olce, Mathilde Libbrecht , Laurent Maurel
scénographie et conception graphique Halcyon Pratt
création costumes Sylvie Skinazi
création lumières François Leneveu
création sonore Thomas Ray
création projections et création sonore adjoint Sébastien Angel
sculptures papier Li Hongbo
production Claire Merviel Production en accord avec Pascal Productions

"Anaïs Nin - Une de ses vie" se déroule dans le Paris des années 1930. À cette époque, de nombreux artistes étrangers convergent vers la capitale française pour échapper au carcan de la morale trop restrictive de leur propre pays. Comme les témoins de son histoire, nous assistons à l'évolution de l'auteure Anaïs Nin. Nous suivons le cheminement complexe de son développement, les difficultés inhérentes à sa volonté d'aller au bout de ses ambitions littéraires. Son écriture extrêmement personnelle captive tout autant ses lecteurs qu'elle intimide ses éditeurs.

Dans cette pièce (basée sur l'histoire vraie), Anaïs Nin et Henry Miller se rencontrent et tombent passionnément amoureux. Cependant, la frontière entre l'amour et l'art se révèle être difficile à définir. Bientôt, une relation parallèle se noue entre Anaïs et June, la femme d'Henry Miller.

Alors qu'Anaïs travaille avec son thérapeute pour tenter de comprendre les rouages de ce trio amoureux qui mêle le sexe et l'amour à l'art, son père, jusque-là absent de sa vie, apparaît soudain, troublant davantage encore des frontières mal définies.
Il est alors impossible pour quiconque de savoir qui est amoureux de qui...

Anaïs
Vous n'aimez pas le familier.

Henry
Vos yeux ont l’air de s’attendre à des miracles. Je veux votre honnêteté. Je veux voir vos yeux dans l’amour. J’exigerai tout de vous.

Anaïs
Vous ne l’obtiendrez pas.

... si tant est que quelqu'un soit réellement amoureux. Anaïs et Henry commencent à se demander si au dépend de l'amour, le travail ne serait pas celui qui in fine triomphe toujours, envers et contre tous.

 
on en parle...
“Sous la direction de Mme Beckett, Mme Christian en Nin est superbe; le Miller de M. Bishins est délicieusement féroce.” - THE NEW YORK TIMES -
“L’auteure—metteur en scène Beckett a réalisé une réflexion biographique fascinante avec sa distribution très talentueuse. En tant que ‘Miller’, David Bishins est électrisant, à la fois rude et sensible. En tant que Nin, Angela Christian est parfaite dans l’apparence ainsi que dans les attitudes… Alysia… comme June, est franche et névrosée.” - BACKSTAGE -
 
photos