11 > 20 avril 2019 réserver
grande salle • 1h
musique George Benjamin
livret Martin Crimp
direction musicale Alphonse Cemin
mise en scène Jacques Osinski
avec l' Ensemble Carabanchel


avec Camille Merckx, Élise Chauvin

vidéo et scénographie Yann Chapotel
lumière Catherine Verheyde
costumes Hélène Kritikos

production : Compagnie L’Aurore boréale I coréalisation : Athénée Théâtre Louis-Jouvet


D'une fable ancienne, George Benjamin et Martin Crimp font un conte lyrique à l'inquiétante étrangeté.


À l’ombre de la petite colline, la foule hurle sa haine des rats. Pour lui complaire et être réélu, un ministre conclut un pacte avec un inconnu étrange : s’il extermine les rats, il recevra beaucoup d’argent, le ministre le jure sur la tête de sa fille endormie. Mais de quel droit peut-on tuer les rats ? Et croit-il vraiment, le ministre, qu’il peut manquer à sa parole sans entraîner les pires conséquences ?

“Dans Into the little Hill, comme dans tous les contes, tout est à la fois magnifique et effrayant”, écrit le metteur en scène Jacques Osinski. Magnifique, puisque cette subtile et sombre variation sur le Joueur de flûte de Hamelin fait se rencontrer la prose poétique de Martin Crimp, déroulant “des rubans de magnésium et des torrents de métal en fusion”, et la musique précise et emportée de George Benjamin. Effrayant, puisque l’œuvre renvoie, avec une élégante vigueur, à “nos peurs les plus vraies : la peur d’un monde sans valeurs, la peur de perdre notre humanité.” Un opéra hors du temps et contemporain, porté par le remuant Ensemble Carabanchel, qui s’affiche “spontané et perfectionniste”, au service d’“une contre-culture populaire d’avant-garde”.

 
dates et horaires des représentations
autour du spectacle :

Prélude

Le musicologue François Lafon vient nous éclairer sur l'œuvre une heure avant la représentation, en salle Christian-Bérard de 19h à 19h30.

mercredi 17 avril 2019 > entrée libre