loading
  • teaser Pierrot lunaire
  • Allez expliquer la poésie… Schönberg s’en gardait bien, qui composait "sous l’inspiration des premiers mots d’un texte, sans me préoccuper le moins du monde de la façon dont le poème continuait. A ma grande stupéfaction, je constatai alors que je n’avais jamais autant rendu justice au poète que lorsque, guidé par mon premier contact avec la sonorité du premier vers, j’avais deviné tout ce qui devait inévitablement suivre."

    Et allez expliquer pourquoi ce spectacle, qui marie les magies du légendaire Pierrot lunaire et des marionnettes japonaises bunraku, s’impose avec une telle justesse.

    Bien sûr, on pourrait plaider que tout art trouve sa place dans l’imaginaire de l’auteur Albert Giraud, qui disait désirer "un théâtre de chambre, dont Breughel peindrait les volets, Shakespeare, les pâles palais, et Watteau, les fonds couleurs d’ambre."

    On pourrait aussi rappeler la fascination de l’École de Vienne pour le japonisme… Mais on ne dirait alors rien du voyage fantastique qui commence ici, musical, méditatif et mouvementé, ouvert par les Quatorze manières de décrire la pluie qu’Eisler composa en hommage à son maître Schönberg.

    Permettant à chaque spectateur de déployer sa propre rêverie, le spectacle laisse la marionnette "représentation railleuse mais fidèle de l’humanité" épouser les ironies et les noirceurs du récit poétique. Et on ne sait comment cela opère. Allez expliquer le charme… 

    spectacle en allemand surtitré en français

  • production : Ensemble Musica Nigella | coproduction : Association Euphonie - Festival Musica Nigella, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale I avec le soutien d'Arcadi-Île-de-France et de la Spedidam | coréalisation : Athénée Théâtre Louis-Jouvet



  • on en parle sur le
    consultez le billet
Partagez nous sur
  • facebook
  • twitter
  •  
  • youtube