notre actualité

« Tout comédien n’aurait pas pu se frotter à un tel substrat, mais en terres becket tiennes, Denis Lavant peut tout « Vincent Bouquet, Scene web

« Dirigé par Jacques Osinski, Denis Lavant et con corps caoutchouc, son visage buriné, emplit de sa force et de sa grâce singulières ce solitaire déjà en équilibre entre vie et mort, déjà dans l’au-delà… » Fabienne Pascaud, Télérama

« Dans son vieux costume élimé, c’est tout l’art du comédien qu’il nous fait toucher du doigt. » Jean-Pierre Han, Frictions

« Dans La Dernière bande, Denis Lavant impressionne dans un Beckett radical. » France Info

« On ne ratera pas l’occasion de voir une fois encore sur scène l’incomparable Denis Lavant qui se confronte à nouveau à Samuel Beckett » Arnaud Laporte, France Culture

« La musicalité de Denis Lavant épouse celle de Samuel Beckett . Classique et fort. » Le journal d’Armelle Héliot

« Il faut aller voir cet acteur extraordinaire qu’est Denis Lavant, dirigé par Jacques Osinski, dans la Dernière bande. » Hélène Kuttner, Aristikrezo

« Mis en scène par Jacques Osinski, Denis Lavant est un fabuleux vieux fou nostalgique inventé par Beckett. » Gérald Rossy, L’Humanité

« Denis Lavant excelle dans un rôle complètement décalé et unique sublimé par la mise en jeu de Jacques Osinski. Le comédien embarque dans son univers le public quelque peu déstabilisé. » Annie Lellouch, Vaucluse matin

« Parmi les spectacles les plus attendus, « La Dernière Bande » de Samuel Beckett » mise en scène par Jacques Osinski avec l’insondable Denis Lavant au Théâtre des Halles, n’a pas déçu. » Philippe Chevilley, Vincent Bouquet, Philippe Noisette, Les Echos

« La Dernière Bande », un Beckett moins connu, un seul en scène où Denis Lavant impressionne, au carrefour du clownesque et de la pantomime avec cette expressivité dont il est seul détenteur. » Jacky Borne, Franceinfo

« Une fois encore, Denis Lavant s’inscrit dans le cercle « des incontournables », ces comédiens qui, abordent les textes les plus complexes à jouer, savent offrir une lecture clairvoyante et mémorable de ces œuvres. (…)  À découvrir sans tarder ! » Pierre Salles, Le bruit du off

« Contre l’agitation et le bavardage qui caractérisent notre époque, ce spectacle nous propose de revenir à l’essence même du théâtre quand il n’est pas un pur divertissement. Et si vous preniez le temps d’aller voir ce spectacle ? » Jean-Pierre Martinez, Libre Théâtre

« Qui a vendu son âme à l’autre ? L’acteur Denis Lavant ou Krapp, le personnage invent » par Beckett ? Quoi qu’il en soit, ce que l’on peut dire assurément, c’est que la mise en jeu de Jacques Osinski permet aux deux d’exister magnifiquement. » La revue du spectacle.fr

« Sur le mode d’une attention rigoureuse et donnant à l’acteur Denis Lavant une liberté que le texte de Beckett surveille, cette Dernière bande vaut la peine qu’on vienne l’écouter. » Yannick Buttel, L’insensé