Athénée Théâtre Louis-Jouvet | Concerto contre Piano et Orchestre
grande salle • 1h15 • Concert
partager sur :

présentation

Dans la longue série des concertos qui ont traversé les trois derniers siècles, réjouissons-nous aujourd’hui d’une nouveauté : le concerto qui donne de la voix et fait valoir ses humeurs musicales, le concerto contre. Contre piano et contre orchestre. Une opposition autant qu’un rapprochement, comme on peut être contre ou tout contre.

Une expérience portée par une équipe expérimentée : Samuel Achache, metteur en scène et musicien, Eve Risser et Antonin-Tri Hoang (tous deux passés par l’Orchestre national de jazz), et Florent Hubert (avec qui Achache était associé sur les opéras revisités Crocodile trompeur et l’Orfeo, je suis mort en Arcadie). L’orchestre va note à note explorer la forme concertante, avec pour point de départ le Concerto Wq 43/4 pour clavier de Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788). Cette pièce du fils cadet de Jean-Sébastien, composée en 1772 et issue de sa série de concertos hambourgeois, œuvres de la maturité, parachève sa maîtrise du genre comme elle la perturbe par certaines expériences nouvelles. Nul ne sait encore, pour cette création qui naîtra à l’Athénée, où l’aventure au gré des humeurs et des digressions portera. Certainement partout...


Dans la longue série des concertos qui ont traversé les trois derniers siècles, réjouissons-nous aujourd’hui d’une nouveauté : le concerto qui donne de la voix et fait valoir ses humeurs musicales, le concerto contre. Contre piano et contre orchestre. Une opposition autant qu’un rapprochement, comme on peut être contre ou tout contre.

Une expérience portée par une équipe expérimentée : Samuel Achache, metteur en scène et musicien, Eve Risser et Antonin-Tri Hoang (tous deux passés par l’Orchestre national de jazz), et Florent Hubert (avec qui Achache était associé sur les opéras revisités Crocodile trompeur et l’Orfeo, je suis mort en Arcadie). L’orchestre va note à note explorer la forme concertante, avec pour point de départ le Concerto Wq 43/4 pour clavier de Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788). Cette pièce du fils cadet de Jean-Sébastien, composée en 1772 et issue de sa série de concertos hambourgeois, œuvres de la maturité, parachève sa maîtrise du genre comme elle la perturbe par certaines expériences nouvelles. Nul ne sait encore, pour cette création qui naîtra à l’Athénée, où l’aventure au gré des humeurs et des digressions portera. Certainement partout...

distribution

Batterie, percussions Thibault Perriard • Piano Eve Risser • Trompettes Olivier Laisney, Samuel Achache • Clarinettes, saxophones Antonin-Tri Hoang, Florent Hubert • Flûte Anne-Emmanuelle Davy • Cor, cor naturel Nicolas Chedmail • Violons Marie Salvat, Boris Lamerand • Violes de gambe Etienne Floutier, Pauline Chiama • Violoncelles Gulrim Choï, Myrtille Hetzel • Archiluth Thibaut Roussel • Contrebasses Matthieu Bloch, Youen Cadiou

Lumière, régie générale César Godefroy • Costumes Pauline Kieffer

Production déléguée : Compagnie R(e)V(e)R 
En coproduction avec : La Sourde, La Soufflerie à Rezé, 
Avec le soutien de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de la SACEM, de la DRAC et de la Région Grand Est, de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet, du Théâtre de la Renaissance à Oullins, le Théâtre de l’Aquarium

autour du spectacle

Bord de plateau le vendredi 24 septembre à l’issue de la représentation avec les artistes