Athénée Théâtre Louis-Jouvet | Ébauche d'un portrait
salle Christian-Bérard • 2h
partager sur :
texte Jean-Luc Lagarce
adaptation et mise en scène François Berreur
avec Laurent Poitrenaux


d'après son Journal

création son et vidéo David Bichindaritz
création lumières Bernard Guyollot
assistant à la mise en scène Lélio Plotton

coproduction : Théâtre Ouvert, Compagnie Les Intempestifs
coréalisation : Athénée Théâtre Louis-Jouvet

...Lagarce face

23 cahiers, soit près de 1000 pages : entre 1977 et 1995, Jean-Luc Lagarce a tenu l’écriture de son journal, élaborée dans des cahiers d’écoliers comme une œuvre à part entière, qui, en confidence, raconte une existence par le menu détail des faits quotidiens, par le recueil patient des bonnes et des mauvaises pensées, des humeurs, mais aussi des lectures, des rencontres, et se déploie en brefs récits : les amours, les amis, les emmerdes, mais aussi une description en filigrane de l’histoire du théâtre contemporain et de ce qu’on devait appeler « les années Sida »… Construit autour d’entrées de ce Journal attentivement agencées par François Berreur, cette Ébauche de portrait donne à Jean-Luc Lagarce un nouveau visage et une nouvelle voix : c’est porté par l’énergie de Laurent Poitrenaux que l’auteur réapparaît, transformé comme pour être encore plus fidèle à lui-même.
 
on en parle...

« Échafaudé à partir du « Journal » de Jean-Luc Lagarce, ce spectacle permet à l’auteur de revenir d’entre les morts « raconter sa vie ». Il fallait l’immense talent de Laurent Poitrenaux pour incarner ce singulier diariste. » Lorène de Bonnay

- Les Trois coups - juillet 2011 -

« Ébauche d'un portrait : Poitrenaux sublime Lagarce. » Noëlle Réal

 

- AV City local news, juillet 2011 -

« À la restitution, François Berreur, qui ici met en scène sobrement, sensiblement, l’incontournable Laurent Poitrenaux… Quel merveilleux interprète… De Lagarce il sublime toutes les nuances, en toute décontraction… tel un funambule il se promène dans tous les états sensibles du poète disparus. » Sophie Bauret

 

- Vaucluse matin, juillet 2011 -

« C’est sans doute le spectacle le plus émouvant, le plus intelligent, le plus jubilatoire et aussi, par moments, le plus drôle que l’on ait vu à Avignon cette année. » J.C

 

- La Provence, juillet 2011 -

« Un réalisme désinvolte profondément humain. » Michel Voiturier

 

- Rue du Théâtre -
 
photos