20 décembre 2018 > 13 janvier 2019 réserver
grande salle • 2h10 sans entracte
musique Gaston Gabaroche
mise en scène Stéphan Druet
direction musicale et arrangements Emmanuel Bex
conception Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud, Pierre Méchanick


musique Pierre Chagnon, Fred Pearly
livret Albert Willemetz, Max Eddy, Raoul Praxy


avec Julien Alluguette, Gilles Bugeaud, Fanny Fourquez, Pauline Gardel, Quentin Gibelin, Emmanuelle Goizé, Estelle Kaïque, Pierre Méchanick
guitare Antonin Fresson
batterie Tristan Bex
orgue Hammond Emmanuel Bex

chorégraphie Alma de Villalobos
lumière Christelle Toussine
scénographie Emmanuelle Goizé
costumes Denis Evrard

production : Cie Quand On Est Trois I coproduction : Théâtre Montansier, Versailles et Scène Nationale d’Albi I avec le soutien du Carré Belle-Feuille à Boulogne-Billancourt et des Théâtres de Maisons-Alfort I coréalisation : Athénée Théâtre Louis-Jouvet
avec le soutien de l'ADAMI, la SPEDIDAM, la Ville de Paris et la région Île-de-France

Dans cette opérette de 1932, un policier poète rêve d'amours pures, mais poulet qu'il est, fréquente bien des poules...

Ah, l’animal : Gaston, policier poète, est surnommé Azor, comme son chien, mais avec les dames, il n’est point avare de chatteries variées. Mieux, pire : le voilà devenu copain comme cochon avec Kiki-Le-Frisé, célèbre en chef détrousseur des villas huppées… Complétant le bestiaire de cette joyeuse opérette de 1932, on verra galoper des poulets, parader des maquereaux, se faire plumer des pigeons, un monsieur porter des cornes, et une poule au doux blaze de Cloclo la Panthère… 

Amoureuse du swing des 30’s, la fine équipe de Ta Bouche et d’Oh la la, oui oui – Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud et Stéphan Druet – s’entoure de nouveaux complices. Ensemble, ils repiquent au truc avec des couplets de Willemetz et des refrains jazzy de Gabaroche (auteur de quelques succès de Damia ou de Maurice Chevalier), revigorés par l’orchestration d’Emmanuel Bex, virtuose de l’orgue Hammond. Piquante, cette comédie des erreurs, pas de deux à plusieurs entre rupins et voyoucratie, témoigne aussi de l’hédonisme insouciant du Paris l’Entre-Deux-Guerres, quitte aux plus torrides révélations : “une levrette, un soir, croisa sur le trottoir un beau chien policier, boulevard Rochechouart – ce serait mentir de dire qu’ils ne pouvaient pas se sentir.”

 
on en parle...
"Une version jazzy, pop rock et psychédélique, réorchestrée pour trois musiciens - guitare, batterie et orgue Hammond -, ce qui n'ôte rien à la folle extravagance du livret - à peine retouché - jadis imaginé par Albert Willemetz." A.A. - Le Canard Enchaîné -
« Azor », une intrigante opérette joyeusement revisitée. À l'Athénée, la compagnie Quand on est trois fait souffler un vent de folie sur cette comédie musicale des années 1930. Thierry Hillériteau - Le Figaro -
"Rock, barré et hilarant que cet "Azor", opérette créée sous la houlette de Gaston Gabaroche en 1932, que Stéphan Druet et la compagnie Quand on est trois revisitent en une comédie musicale déjantée". Sylvain Merle - Le Parisien -
"Azor" opérette version sixties survoltées à l'Athénée. Philippe Venturini - Les Echos -
Et voici que l’Athénée recrée Azor, une opérette datant de 1932. Stéphan Druet, Molière du meilleur spectacle musical en 2018, se charge de faire revivre ces merveilleuses années folles comiques, poétiques et boulevardières. - www.les5pieces.com -
Aux manettes, tel un DJ aux multiples platines aux doigts magiques, Stéphan Druet dirige cette fantaisie débridée dispensée par une excellente troupe de comédiens-chanteurs survoltés que la chorégraphe Alma de Villalobos met au pas de danse échevelée. - www.froggydelight.com -
"Azor un spectacle de troupe mené à 100 à l'heure." José Pons - www.olyrix.com -
Opérette : la résurrection d'"Azor" désordre virtuose. Pierre Gervasoni - Le Monde -
"Délicieux, l'ouvrage est monté par la fine équipe de l'opérette Ta Bouche (autrement dit Emmanuelle Goizé, Gilles Bugeaud et Stéphan Druet) avec swing. Idéal pour les fêtes." Judith Chaine - Télérama Sortir -