Athénée Théâtre Louis-Jouvet

ressources

Type de ressources
Spectacles/Concerts de la saison
Recherche
le testament de la tante caroline

« Aux mélomanes, « mais aussi aux néophytes », la compagnie veut « faire voir ce qui ne peut pas être montré ailleurs », dans un « esprit de troupe » au goût « populaire » assumé, selon les mots de Benjamin El Arbi. »



- Diapason -

« Voilà qui est très bon signe, tout comme de voir se reformer le tandem réunissant les Frivolités Parisiennes et le metteur en scène Pascal Neyron. » Alain Cochard



- Concertclassic.com -

« Un enterrement où l’on nous promet de bons fous rires... » Judith Chaine



- Télérama sortir -

« L’orchestre des Frivolités parisiennes, dédié à la résurrection des œuvres «du répertoire léger français», fait scintiller les nuances rousseliennes. Sur le plateau, si le parlé braille sans vergogne, le chanté se révèle délicat et parfaitement conduit. Léger, certes, mais bien mené. » Guillaume Tion



- Libération -

« Signée Albert Roussel, cette opérette menée par @lesfrivos est la meilleure surprise du printemps. » Christian Merlin



- Le Figaro -

« Après l’excellent The Importance of Being Earnest, c’est avec un très jouissif Testament de la tante Caroline que se clôt la saison 2018-2019. » Laurent Bury



- Forumopera.com -

« Encore trois représentations les 11, 12 et 13 juin. Pas un instant à perdre ; les dernières places seront à coup sûr chèrement disputées. » Alain Cochard



- Concertclassic.com -

« Mission réussie haut la main donc pour cette résurrection, tant on rit et tant on est diverti par ce spectacle enlevé, drôle, caustique et charmant. À voir absolument (en famille ou pas !). » Louis Rivet



- Regard en coulisse -

« On s’amuse, on rit, et on loue la prestation de ces héritiers qui se chamaillent avec un enthousiasme et un mordant communicatifs » Franck Mallet



- Musikzen -

« Le Testament de la tante Caroline, grinçant et festif au théâtre de l’Athénée. »  José Pons



- Olyrix -

« Le public est attrapé immédiatement, textes et chants l’enlèvent par leurs qualités, le rire est permanent, le rythme, la rapidité et la sournoiserie, les surprises aussi ! » Nicolas Brizault 



- Un fauteuil pour l'orchestre -

 « Avec "Le Testament de la tante Caroline", fleuron de l'opérette signé Albert Roussel, Les Frivolités Parisiennes renouent avec la légèreté des Années Folles... sur fond de moeurs et maux . » Célestine Fanguin



- L'Officiel -

« Les 27 musiciens* de l'Orchestre des Frivolités parisiennes accompagnent avec vaillance les émérites chanteurs-acteurs. »



- Froggy’s delight -

« Du Testament de la tante Caroline à Mam’zelle Nitouche, le genre tient actuellement le haut de l’affiche à Paris. Sonnant l’heure de la reconquête pour un répertoire jadis florissant. Benjamin El Arbi, cofondateur de la compagnie des Frivolités Parisiennes, le concède: «Il n’y a pas si longtemps, lorsque vous parliez de compagnie d’opérette, on pensait encore spectacle du dimanche, papier crépon et colliers de nouilles.» L’époque semble révolue."  Thierry Hilleriteau



- Le Figaro -
© Bernard Martinez  © Bernard Martinez   © Pierre Michel  © Pierre Michel © Pierre Michel  © Pierre Michel © Pierre Michel  © Pierre Michel
© Maxime Pécourt
© Maxime Pécourt
© Julie Mouton
© Julie Mouton